Une nouvelle discipline au programme : le parkour

Non classé

Lors de la journée Perfectionn&Vous du 8 mars dernier, nous vous avons fait découvrir le parkour, discipline qui a officiellement fait son entrée à la Fédération internationale de gymnastique en 2018. Ce cours a eu beaucoup de succès et nombre d’entre vous ont testé cette grande nouveauté de l’année. Pour comprendre un peu mieux cette discipline, nous avons posé quelques questions à Elias Borrajo de l’association Parkour Valais.

Le parkour, c’est quoi exactement ?

Le parkour est une combinaison de différents mouvements incluant notamment la course, la grimpe, les sauts, l’équilibre et les passements. Cette discipline, qui se pratique principalement dans un milieu urbain ou dans la nature, nécessite force, technique et mental. De plus, le parkour se base sur une philosophie, des valeurs ainsi qu’une manière de voir notre environnement et les gens qui nous entourent.
Pour résumer, je dirais que le parkour est une méthode d’entraînement, un outil que chacun peut prendre et utiliser à sa façon, pour créer son propre style et le développer jusqu’à son potentiel maximum.

D’où vient cette discipline ?

C’est le Français David Belle qui a fondé le parkour. Cette discipline est née dans les banlieues parisiennes, à Lisses, dans les années 80-90.

Depuis quand l’association Parkour Valais existe-elle?

L’association Parkour Valais existe depuis 2017, mais les traceurs (qui sont les pratiquants du parkour) en Valais existent depuis bien plus longtemps (depuis 2005 environ).
Parkour Valais compte 65 membres au total, dont environ 20 à 25 actifs.

Quelles activités proposez-vous à vos membres ?

  • Des cours collectifs pour adultes et enfants, 2 jours par semaine.
  • Des cours privés.
  • Des stages / initiations / workshop / démonstrations.
  • Des apparitions lors d’événements.
  • Des projets vidéo (tournages de court-métrages).
  • Des shootings photo.
  • Parkour Jam depuis 2020.

Chaque mois, nous organisons une journée ouverte à tous, principalement aux traceurs, afin qu’ils puissent s’entraîner ensemble, partager leurs mouvements, s’entraider, se motiver, se challenger et découvrir de nouveaux lieux pour pratiquer.

Le Parkour semble être un sport intense. Quel âge ont les membres de l’association ?

L’âge recommandé pour pratiquer le parkour est 14 ans. Malgré cela, nous avons beaucoup de jeunes pratiquants âgés entre 10 et 13 ans et quelques autres entre 15 et 17 ans. Notre association compte également quelques membres adultes. Le plus jeune membre a 8 ans et le plus âgé 38 ans.
En 2020, notre association a vécu une restructuration lors de laquelle nous avons séparé les enfants des adultes. Dès lors, nous nous sommes donnés pour objectif d’entraîner principalement les adultes, afin de leur offrir un meilleur suivi.

Existe-il des compétitions dans cette discipline ?

Il existe des compétitions de parkour. Cependant, nous n’y participons actuellement pas en tant qu’association. Notre plus grand intérêt, avec nos cours collectifs, est d’apprendre à nos membres et à nos pratiquants à utiliser leur corps dans leur environnement, en sécurité, afin d’éviter des blessures graves.
Nous mettons en valeur et privilégions le dépassement de soi, le bien-être, la sécurité, l’équilibre, le développement de son propre potentiel ainsi que le respect de soi-même et des autres pratiquants.
Selon nous, la compétition va à l’encontre de la sécurité et du respect de soi, valeurs que nous essayons d’inculquer à nos membres. En effet, celle-ci implique une prise de risque et de possibles excès supérieurs à la pratique habituelle du parkour en tant que loisir.

En 2018, le parkour a fait son entrée à la FIG. Les gymnastes feraient-ils de bons traceurs ?

Bien que certains mouvements puissent paraître similaires, le parkour et la gymnastique sont deux disciplines différentes.

Le parkour se déroule en extérieur. Tous les éléments de l’environnement sont utilisés, des murs en béton au sol, sans tapis ou surfaces molles. Le pratiquant doit maîtriser les techniques du parkour mentionnées plus haut, être mentalement prêt et toujours à l’affût. Sa préparation physique est importante afin d’encaisser les impacts qui surviennent lors de l’entraînement et la concentration reste de mise afin d’éviter les blessures.

Avec leurs capacités d’athlètes et la maîtrise de leur corps, les gymnastes pourraient apprendre facilement les bases du parkour et, pourquoi pas, devenir de futurs traceurs. Notre association accueille d’ailleurs volontiers les gymnastes intéressés à s’initier au parkour dans nos cours collectifs ou privés.